Note éditoriale : Nous avons une bonne raison de célébrer !

Savas Patsalidis*

BONNE NOUVELLE ANNÉE à tous les lecteurs de Critical Stages/Scènes critiques (CS/Sc) du monde entier. Notre revue a atteint dix ans, aussi avons-nous une bonne raison de célébrer. Non seulement avons-nous survécu, mais nous avons aussi réussi à augmenter substantiellement le nombre et l’envergure de notre lectorat qui atteint maintenant quelque 200 pays.

Grâce à 766 articles originaux par 400 auteurs de 69 pays, CS/Sc est devenue une des revues théâtrales les plus importantes dans le monde, offrant un lieu essentiel pour élargir les débats sur la critique, dans des sujets anciens ou nouveaux et émergents en matière de théâtre et d’arts du spectacle vivant.

Tablant sur le succès de la dernière décennie, nous espérons et comptons poursuivre la publication de Critical Stages/Scènes critiques comme revue bilingue, à accès libre et mondial. En fait, dans la décennie à venir, nous espérons élargir encore davantage la portée de CS/Sc.

Nous vivons des temps difficiles. Le monde se transforme, l’éthique et les habitudes changent rapidement. À une telle époque, le théâtre doit être prêt à se délocaliser, à échapper au regard de son public afin d’atteindre une nouvelle société plurielle, créant ainsi un « espace critique » où chaque personne engagée dans les arts du spectacle vivant, public et praticiens, chercheurs et enseignants, ainsi que les critiques, bien sûr, pourront se développer et s’épanouir. Ce numéro double de CS/Sc constitue une tentative de mettre en pratique une telle pensée.

Pour le Nouvel An, nous avons donné à notre revue un nouvel aspect. Nous espérons qu’elle offrira une présentation plus colorée et conviviale de ses 42 articles de pointe, écrits par 45 auteurs vivant dans 24 pays, de l’Argentine à l’Angleterre, du Japon à l’Espagne, de Martinique, de Serbie, de Grèce, de Corée du Sud, de France et de Chypre.

Notre premier dossier est Vieil âge et/au théâtre.Il a été dirigé parManabu Noda et Yun Cheol Kim. Si nous avons choisi un champ de recherche et de réflexion aussi particulier, c’est parce qu’il contient un paradoxe : le vieil âge est un préjugé perpétué par le fait que l’on ne se rend même pas compte de son existence. En dépit de notre grande sensibilité à toutes sortes de préjugés, du sexisme au racisme, nous paraissons contourner un fait de la vie dont, si nous vivons assez longtemps, nous ferons tous l’expérience : les stéréotypes négatifs, les amalgames et les traits discriminatoires associés aux personnes âgées, ou parfois dirigés contre eux par des personnes ou des institutions. Il s’agit d’un champ de recherche relativement nouveau, ce qui rend notre engagement encore plus passionnant. Les articles choisis pour publication par nos deux rédacteurs invités (tous deux professeurs d’université) en font la preuve.

Notre second dossier, Représentation multilingue et migration, constitue une réflexion sur un autre sujet qui a fait les manchettes ces dernières années : la migration de masse. C’est la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale qu’autant de personnes sont en quête d’un nouveau pays, ce qui explique l’intérêt grandissant non seulement des sociologues, politiques, géographes et ethnologues, mais aussi des artistes du théâtre pour ce phénomène.

En 2018, la revue Modern Drama a publié la première partie d’une recherche sur le théâtre contemporain et le multilinguisme (Migration and Multilinguism), soutenue par la Faculté des Arts et de Philosophie de l’Université de Gand. L’année suivante, a paru chez Routledge la deuxième partie de cette recherche, Dramaturgy of Migration: Staging Multilingual Encounters in Contemporary Theatre, et voici que paraît maintenant notre dossier dans Critical Stages/Scènes critiques, pour enrichir la réflexion internationale avec sept articles qui, selon les mots de la rédactrice invitée Yana Meerzon, « sont une preuve supplémentaire de l’importance et de la richesse de ce champ, alors que nous poursuivons l’étude des défis dramaturgiques, politiques, artistiques, éthiques et économiques d’une pratique expérimentale dans le théâtre multilingue d’aujourd’hui ».

Pour ce qui est des autres articles dans ce numéro double de CS/Sc, en voici un aperçu. Les comptes rendus instructifs sur la situation du théâtre dans divers pays portent sur la vie théâtrale en Écosse, en Italie, à Malte, en Géorgie et en Allemagne. Il y a deux magnifiques entrevues du Portugal et des États-Unis, et d’autres avec deux des plus importants critiques britanniques de la seconde moitié du 20e siècle, Michael Billington et Ian Herbert ; un bref essai par Don Rubin et Robin Breon sur la critique et la politique des festivals, en plus de neuf critiques de spectacles et quatre comptes rendus de lectures (choisis et révisés avec soin par Matti Linnavuori et Don Rubin respectivement). Dernière, mais non la moindre, la section « Exposés de colloque » est de retour après une courte absence, avec trois essais poignants traitant du sujet épineux de la tolérance, sous la direction d’Ivan Medenica. Nous espérons et croyons que cette panoplie d’articles saura stimuler la réflexion critique de nos lecteurs.

 Pour tout cela, et bien davantage, je veux remercier Don Rubin (directeur général) et Jeffrey Eric Jenkins (directeur de la publication) pour leur soutien généreux, l’équipe de la revue, les réviseurs linguistiques et chefs de section, les collaborateurs qui contribuent à maintenir la qualité de notre publication avec leurs articles inédits et novateurs, enfin, derniers mais non les moindres, nos milliers de lecteurs qui consultent notre site et nous aident à faire circuler son contenu et son influence.

CS/Sc a pour objectif d’être une revue dynamique et entreprenante. Inutile d’ajouter qu’en conséquence, nous sommes déjà en train de préparer notre prochain numéro sur Théâtralité de la musique, musicalité du théâtre (à paraître en juin 2020, avec pour rédacteur invité Octavian Saiu).

Nos portes demeurent ouvertes à tous. Joignez-vous à nous pour produire de nouvelles idées pour la prochaine génération. 


*Savas Patsalidis est professeur de théâtre, et d’histoire et de théorie du spectacle à l’École d’anglais (Université Aristote de Thessalonique), à l’Université ouverte hellénique et à l’Académie théâtrale du Théâtre national de Grèce du Nord. Il est aussi régulièrement Chargé d’enseignement au Programme d’études supérieur de l’Université Aristote. Auteur de quatorze ouvrages sur le théâtre, la critique et la théorie du spectacle, il en a co-écrit treize autres. Son livre en deux volumes Theatre, Society, Nation (2010) a reçu le prix de meilleure recherche de l’année. Son dernier ouvrage, Theatre & Theory II: About Topoi, Utopias and Heterotopias, a paru en 2019 chez University Studio Press. Outre ses activités académiques, il œuvre à titre de critique de théâtre pour les revues en ligne lavart, parallaxi et thegreekplay project. Actuellement, il préside l’Association hellénique des critiques de théâtre et des arts du spectacle, est membre de l’équipe de sélection du Festival Dimitria et est rédacteur en chef de Critical Stages/Scènes critiques, la revue Web de l’Association internationale des critiques de théâtre.

Print Friendly, PDF & Email