Marionetteatern: 60 Years and More

Margareta Sörenson
160 pp. Éditions Stockholmia forkag

par Louise Lapointe*

Journaliste et critique de théâtre reconnue en Suède, Margareta Sörenson possède une connaissance approfondie des arts de la marionnette, de leur histoire, de leur contemporanéité. Elle publie et collabore à plusieurs ouvrages marquants sur l’essor exceptionnel de la forme aux XXe et XXIe siècles.

Son récent ouvrage, Marionetteatern – 60 years and more, dresse le portrait anniversaire de ce théâtre renommé, fondé en 1958 à Stockholm par Michael Meschke et maintenant dirigé depuis 1999 par Helena Nilsson. Reconnue sur la scène nationale et internationale, l’institution fait aujourd’hui partie intégrante de la Maison de la Culture de la ville de Stockholm, aux côtés du Théâtre municipal. Le Marionetteatern compte cinq membres permanents et de nombreux collaborateurs pour la création des spectacles, pour enfants ou pour adultes.

Publié en suédois et en anglais, ce livre offre un portrait passionnant de la compagnie et plus spécifiquement des deux dernières décennies sous la direction de Helena Nilsson. L’abondance des magnifiques photos d’archives illustre avec pertinence les propos de l’auteure sur le travail de recherche, de mise en scène et de conception entourant les différentes productions.

Décliné en quatre chapitres, l’ouvrage aborde d’abord l’histoire de la marionnette, à travers les âges et les pays, l’identifiant comme une forme d’expression culturelle des plus anciennes, inscrite aux côtés des arts du masque, de la danse et de la musique. Interreliés depuis des siècles, ils font corps avec le théâtre de marionnette et l’imposent telle une Gesamtkunswerk bien avant le XIXe siècle.

Cette mixité artistique s’inscrit au cœur du Marionetteatern, et plus particulièrement depuis le début des années 2000. Le fondateur Michael Meschke apporta un souffle nouveau avec des productions poétiques et philosophiques pour les enfants et des œuvres plus expérimentales pour les adultes. Il a ouvert la voie au théâtre pour la petite enfance de même qu’il a marqué l’histoire avec son adaptation magistrale d’Ubu Roi. Accueillie au sein de sa troupe comme apprentie dans les années 80, Helena Nilsson a d’abord appris les multiples facettes du métier avant de diriger ses premières mises en scène au début des années 90 et de prendre la direction du théâtre en 1999. En continuité avec le travail de Meschke, elle accorde une attention marquée aux autres arts, dont la danse et les arts visuels qui marqueront ses créations, pour jeune public ou pour adultes.

Sa contribution au renouveau formel du théâtre de marionnettes contemporain est mise en lumière dans les trois chapitres suivants, alors que Margareta Sörenson décrit avec clarté la richesse des collaborations entre metteurs en scène, concepteurs et comédiens pour la création de chaque nouvelle production. Elle souligne la primauté des arts visuels et la force de l’image dans la conception des spectacles, citant par exemple l’adaptation de livres pour enfants d’illustratrices scandinaves renommées ou de mangas japonais. 

L’auteure se penche ensuite sur le choix des textes, classiques et contemporains, le travail complice avec l’écrivain et scénariste Ulf Stark et l’auteure et illustratrice Barbro Lindgren, l’intérêt passionné du Marionetteatern envers l’œuvre de Strindberg et la rencontre marquante avec le marionnettiste et metteur en scène américain Roman Paska.

Mme Sörenson revient sur la primauté du mouvement, indissociable de l’essence même de la marionnette. Elle rappelle le maillage serré entre danse et marionnette qui se sont nourries et influencées l’une l’autre à travers l’histoire de l’art.

L’auteure termine son ouvrage avec cinq entretiens de collaborateurs clés du Marionetteatern : Kay Tinbäck du Rées et Magnus Erenius, marionnettistes ; Thomas Lundqvist, scénographe et facteur de marionnettes ; Bernard Cauchard, chorégraphe et Mikael Svabvik, musicien. Tous témoignent de leur longue expérience au sein de cette grande compagnie et corroborent les propos énoncés par Margareta tout au long de l’ouvrage.

Enfin, l’auteure dresse une liste complète des productions du Marionetteatern de 1958 à 2020 ainsi qu’une riche bibliographie d’une trentaine d’ouvrages.

Margareta Sörenson rend ici un magnifique hommage au Marionetteatern et à son évolution au cours de ses 60 années. Elle l’inscrit dans un condensé passionnant de l’histoire des arts de la marionnette, enrichi de réflexions éclairées et fines. Son ouvrage témoigne aussi du succès d’une passation de direction artistique réussie, où Helena Nelsson a su respecter et amener plus loin la mission du Marionetteatern, avec savoir-faire, talent et inspiration. 


*Formée en arts visuels et de la scène, Louise Lapointe est la fondatrice et directrice artistique de Casteliers, un diffuseur spécialisé en théâtre voué aux arts de la marionnette à Montréal. Elle est membre du Comité exécutif de l’UNIMA (Union internationale de la marionnette) et présidente de la Commission des Festivals internationaux.

Print Friendly, PDF & Email