Michel Vaïs*

NOTE I : Une version française de cet article suit.

Abstract: Two shows mounted by Robert Lepage were cancelled during the summer of 2018, after they were denounced as “cultural appropriation,” mainly by Black people for SLÃV, then by First Nations demonstrators for Kanata. The first play was withdrawn from the programming of the Montreal Jazz Festival after three performances, at the beginning of June, and Kanata, after it had been cancelled by Lepage, was finally reprogrammed by Ariane Mnouchkine in a shorter version, at the Cartoucherie in Paris, starting mid-December 2018.

Keywords: Cultural appropriation, SLÃV, Kanata, Lepage, Mnouchkine

Last summer, in Montreal, two shows, staged by the internationally acclaimed director Robert Lepage, caused a clash between two groups: major artists on one side, representatives of minority groups on the other side. This resulted in unprecedented demonstrations and accusations of “cultural appropriation,” first against Robert Lepage and later against Ariane Mnouchkine. (Mnouchkine and Lepage are the two youngest laureates of the Europe Prize, in 1987 and 2007.)

Lepage’s two shows are SLÃV, which uses the songs of Black slaves, and Kanata, which tells the history of Canada from the point of view of people of the First Nations (or Indians, as most of them call themselves).

Video 1

The first show, SLÃV, was closed down after only three performances at the Montreal Jazz Festival, at the end of June 2018, because of violent demonstrations in front of the theatre, mainly from Black people, saying there were not enough Black artists on the stage. The expression “cultural appropriation” then appeared, to denounce the fact that the culture of Black people was being used by mainly white people. The protesters, most of whom had not seen the show, shouted at the spectators that they were racist or white supremacists. Although Robert Lepage had consulted Black historians and artists, he included only two Black female singers out of six in his show. To the demonstrators, this appeared as a mistake: you cannot show Black slaves singing about survival in the cotton fields if the singers are not Black.

It must be said, however, that the show’s main actress, Betty Bonifassi, is a French singer whose ancestors were Serbian. She wanted to present an image of slavery not only in the American cotton fields, but everywhere. She reminded us that the word “slave” originally refers to people in Slavonic countries, like Serbia. Furthermore, Bonifassi has been singing those songs of the cotton-field slaves for many years now.

* * *

The second show, Kanata, opened in Paris at Ariane Mnouchkine’s Cartoucherie, in December 2018. When it was announced in Montreal, in July 2018, just after SLĀV was cancelled, it created a second uproar around Robert Lepage! I should mention that while this was happening, Lepage was about to finish staging The Magic Flute for the Quebec City Opera Festival, and his staging of Shakespeare’s Coriolanus was playing in Canada’s Stratford Festival (with a Black actor playing the title role).

Théâtre du Soleil’s Cartoucherie, where Kanata was presented in December 2018. Photo: from the webpage of the theatre

However, as a result of the uproar in the First Nations community of Quebec, accusing Lepage, as had the Black demonstrators, of “cultural appropriation,” Lepage and Mnouchkine (who came to Montreal especially from Paris for one day) met with some 30 artists from the First Nations community. Finally, Lepage announced on July 26 that the Montreal production of Kanata, on which he had been working for 4 years with the actors of Théâtre du Soleil, was cancelled, because a major co-producer from New York had decided to withdraw his participation in view of the demonstrations in Montreal.

Video 2


Later, after intense discussions about the freedom of expression of artists and the right of Black and First Nations artists to be more visible on stage, Ariane Mnouchkine announced on September 5 that Kanata would be shown from December 15 during the Autumn Festival, at the Théâtre du Soleil, in Paris. The new title of the play is now: Kanata – Episode 1 – The Controversy. It was also announced that director Robert Lepage will complete his work as director, as was originally planned, but that he accepted to do this as a volunteer, without being paid.

* * *

The issue here is whether artists can play the roles of characters identified with groups to which they do not belong. Must the actress playing Anne Frank on stage be Jewish? Are only Jews allowed to denounce the Holocaust? Wouldn’t it be strange if Italians alone were allowed to talk about the mafia? As one writer said, “History does not belong only to the victims.” These questions seem absurd, but the participation of actors from minority groups in theatre activity is a very serious one. There is a call for more diversity in Quebec theatre, as in real life.

Video 3

A lot of intellectuals and some leading artists wrote letters to the media to condemn what appeared as pure censorship by a group of activists who don’t know how theatre works. For the first time in the 50-year history of the Théâtre du Soleil, a director other than its founder, Ariane Mnouchkine, had been invited to create a show with the whole ensemble of the company (that is, 34 actors of over 30 nationalities). Lepage had already created many shows with actors from different countries, languages, origins … For their part, the Théâtre du Soleil had created shows set in Mongolia, Cambodia, India, ancient Greece, or presenting Asian and African migrants lost at sea. All this time, there were no actors belonging to these communities in the shows.

I personally think that theatre is a symbolic construction which cannot alone solve problems of insufficient diversity on stage or in the rest of society. Of course, we are all in favour of encouraging minority groups to have access to the theatre—not only foreigners, people of colour, First Nations, migrants, but also women, LGBTQ+, handicapped persons—but which authority will be able to say when this is enough? Lepage and Mnouchkine had consulted Indian historians, who told them that they should include First Nations actors in Kanata. But how many? If they replaced, say, 10 actors out of 34 in the company by Indians, who is to say this is enough? What percentage would be acceptable? And how would they integrate with the ensemble of Théâtre du Soleil, which has been working together for years and years? The American way of painting us as pure-bred Black or White persons is just creating caricatures. Rather, as genetic analysis now teaches us, most of us are transcultural mixtures of humanity. In Quebec, we say that everyone has some “Indian blood.” This is not my case: as one who is Tunisian born—as were my parents and grandparents—am I allowed to talk about Africans? Does living in Quebec for the past 60 years entitle me to talk about the Quebecois people?

When she came to Montreal, Mnouchkine invited Quebec Indian artists to organize a theatre festival at Théâtre du Soleil every second year. This did not seem to be enough to satisfy them.

* * *

In some respects, this story may look ridiculous to some of you, because you know that theatre is an art of transformation, of crossing languages and social barriers, of communicating realities which are not here, of sharing experiences. However, the question of having real Indians on stage to talk about Indians is far from simple. The Canada Council has just created new funding programmes especially for First Nations artists, to encourage vocations among them. I must also say that no public funding body in Quebec or in Canada accepted to support Kanata 4 years ago, because of a lack of involvement of artists from the First Nations … First Nations artists don’t merely want to be consulted. They want to be there, on stage, as part of the creative process, and “celebrated,” as some of them wrote. They say that public money should not go to artists who steal their stories.

On the other hand, isn’t this imposing a straightjacket on the artists? Should white artists be punished because they are interested in the fate of Black slaves and want to denounce racism? Should they be prevented from telling the history of Canada from the point of view of First Nations? No one is only Black, or white. Every artist is a complex construction, not limited by skin colour. And, as Mnouchkine said, the history of humanity belongs to everyone. There can be no “cultural appropriation” because culture is not a physical or intellectual property: it doesn’t belong to any specific group. No culture is pure and exempt from the influence of other cultures.

The protesters against SLĀV and Kanata also said that they should not be held responsible for the fact that the shows were cancelled. It’s the producers who cancelled them, for fear of the demonstrations. Some protesters said that they are not in favour of censorship, but that they wanted to take the opportunity of two major shows by powerful artists in major venues to assert that they exist!

As a theatre critic, I think that plays must be presented even with what appears to some people as being flaws, and then, everybody will be able to criticize them, praise or denounce the chosen perspective. In spite of what the protesters say, I believe that any prior demonstration which would result in the show being cancelled is pure censorship and should be condemned. We cannot accept the tyranny of minorities in the name of political correctness.

NOTE II: The paper was originally presented on 14 November 2018, in St Petersburg, at a conference organized within the framework of the 29th IATC Congress, under the general title Performing Arts Today: Freedom and (In)tolerance.

 

*Michel Vaïs was born in Tunisia, but he is living in Montreal (Quebec, Canada) since the age of 12. He became an actor at 17, in an avant-garde theatre company, then a director and a playwright, before getting degrees in three universities and teaching for 12 years. He received his Bachelor from Université de Montréal, Master of Arts from McGill University, and Doctorate in Theatre Studies from Université de Paris 8. He then became a broadcaster for Chaîne culturelle de Radio-Canada and is editor at Revue de théâtre Jeu since its foundation in 1976 (and now senior editor). He presided the Quebec Association of Theatre Critics and joined the International Association of Theatre Critics in 1992. He became treasurer, then vice-president, and, since 1998, he is Secretary General of the IATC, serving with four presidents. He is also the French language editor for the IATC journal Critical Stages/Scènes critiques.


Lorsque Lepage et Mnouchkine se heurtent à l’appropriation culturelle 

Michel Vaïs*

Résumé : Deux spectacles mis en scène par Robert Lepage ont été annulés au cours de l’été 2018 à la suite de dénonciations d’« appropriation culturelle », principalement par des Noirs, pour SLĀV, puis par des Autochtones, pour Kanata. La première pièce a été retirée de la programmation du Festival de jazz de Montréal après trois représentations, début juin, et Kanata, après avoir été annulé par Lepage, a été remis à l’affiche par Ariane Mnouchkine dans une version amputée, à la Cartoucherie de Paris, à partir de la mi-décembre 2018.

Mots-clés: Appropriation culturelle, SLĀV, Kanata, Lepage, Mnouchkine

L’été dernier à Montréal deux spectacles montés par le metteur en scène réputé Robert Lepage ont causé des frictions importantes entre deux groupes, d’une part des artistes bien connus, et d’autre part des représentants de groupes minoritaires. Tout cela a résulté dans des manifestations sans précédent et des accusations d’« appropriation culturelle », contre Robert Lepage d’abord, et plus tard contre Ariane Mnouchkine. (Je rappelle que Mnouchkine et Lepage sont les deux plus jeunes lauréats du prix Europe, en 1987 et en 2007.) Les deux spectacles sont SLĀV, écrit à partir de chants d’esclaves noirs, et Kanata, qui raconte l’histoire du Canada à partir du point de vue des gens des Premières Nations (ou les Indiens, comme la plupart d’entre eux se nomment).

Robert Lepage. Photo : Wikipedia

Le premier spectacle, SLĀV, a été annulé après seulement trois représentations au Festival de jazz de Montréal à la fin de juin, à cause de manifestations violentes venant surtout de personnes noires devant le théâtre, disant qu’il n’y avait pas assez d’artistes noirs sur la scène. L’expression « appropriation culturelle » est alors apparue, pour dénoncer le fait que la culture des personnes noires était utilisée principalement par des Blancs. Les manifestants, dont la plupart n’avaient pas vu le spectacle, criaient aux spectateurs qu’ils étaient des racistes ou des suprémacistes blancs. Même si Robert Lepage avait consulté des historiens et des artistes noirs, il n’avait engagé que deux chanteuses noires sur six dans son spectacle. Pour les manifestants, cela est apparu comme une faute : on ne peut pas montrer des esclaves noirs chantant, pour survivre, dans les champs de coton, si les chanteurs ne sont pas noirs.

Il faut dire, cependant, que la comédienne principale, Betty Bonifassi, est une chanteuse française dont les ancêtres étaient serbes, aussi elle voulait montrer une image de l’esclavage pas seulement dans les champs de coton américains, mais partout. D’ailleurs, elle a rappelé que le mot « esclave » fait référence à l’origine aux gens des pays slaves, comme la Serbie… En outre, Bonifassi avait dans son répertoire ces chants d’esclaves du coton depuis plusieurs années.

Video 4

* * *

Le second spectacle, Kanata, doit débuter à Paris, à la Cartoucherie d’Ariane Mnouchkine en décembre 2018. Lorsqu’il a été annoncé à Montréal, en juillet, juste après l’annulation de SLĀV, cela a causé un deuxième tumulte autour de Robert Lepage ! Je dois préciser que, pendant toute cette période, Lepage était en train de terminer sa mise en scène de La Flûte enchantée pour le Festival d’opéra de la Ville de Québec, et que la pièce de Shakespeare, Coriolan, qu’il avait montée, était à l’affiche du Festival de Stratford au Canada, avec un acteur noir dans le rôle-titre.

Cependant, à cause des réactions très vives dans la communauté des Premières Nations du Québec, accusant Lepage – comme l’avaient fait les Noirs – d’« appropriation culturelle », Lepage et Mnouchkine (qui est venue spécialement à Montréal pour une journée) ont rencontré une trentaine d’artistes de la communauté des Premières Nations. Et en définitive, Lepage a annoncé le 26 juillet que Kanata, spectacle sur lequel il travaillait depuis 4 ans avec les artistes du Théâtre du Soleil, serait annulé parce qu’un coproducteur important de New York avait décidé de se retirer à cause des manifestations à Montréal, longtemps avant que le spectacle ne soit même présenté là-bas.

Video 5

Plus tard, après d’intenses discussions sur la liberté d’expression des artistes et sur le droit des artistes noirs et des Premières Nations d’être plus visibles au théâtre, Ariane Mnouchkine a annoncé le 5 septembre que Kanata serait bel et bien présenté à Paris par le Théâtre du Soleil, à partir du 15 décembre, pendant le Festival d’Automne. Le spectacle a un nouveau titre : Kanata – 1er Épisode – La Controverse. On a aussi annoncé que le metteur en scène Robert Lepage terminerait son travail tel que prévu à l’origine, mais qu’il acceptait de le faire bénévolement, sans être payé.

* * *

L’enjeu ici est de savoir si des artistes peuvent jouer des rôles de personnages identifiés à des groupes auxquels ils n’appartiennent pas. Est-ce que la comédienne qui joue Anne Franck sur scène doit être juive ? Est-ce que seuls les juifs ont le droit de dénoncer l’Holocauste ? Ne serait-il pas étrange que seuls des Italiens puissent parler de la mafia ? Comme l’a écrit un écrivain : « L’histoire n’appartient pas seulement aux victimes. » De telles questions paraissent absurdes, mais la participation de comédiens de groupes minoritaires dans l’activité théâtrale est une affaire sérieuse. Il s’agit d’un appel à plus de diversité dans le théâtre au Québec, comme dans la vraie vie.

De nombreux intellectuels et quelques artistes importants ont écrit des lettres aux médias pour condamner ce qui est apparu comme une censure pure et simple, par un groupe de militants qui ne savent pas comment fonctionne le théâtre. Pour la première fois dans l’histoire du Théâtre du Soleil, qui remonte à 50 ans, un autre metteur en scène que sa directrice fondatrice Ariane Mnouchkine a été invité à créer un spectacle, avec l’ensemble de la troupe (soit 34 acteurs). Lepage avait déjà créé plusieurs spectacles avec des comédiens originaires de divers pays et parlant plusieurs langues. Et de son côté, le Théâtre du Soleil avait créé des spectacles se passant en Mongolie, au Cambodge, en Inde, dans la Grèce ancienne, ou montrant des migrants asiatiques et africains perdus en mer. Tout cela, sans le moindre acteur appartenant à ces communautés.

Video 6

Personnellement, j’estime que le théâtre est une construction symbolique qui ne peut pas, seule, résoudre les problèmes de diversité insuffisante sur scène ou dans le reste de la société. Bien sûr, nous sommes tous d’accord pour favoriser aux groupes minoritaires l’accès au théâtre : les étrangers, les Noirs, les gens des Premières Nations, les migrants, mais aussi les femmes, les LGBTQ+, les handicapés… mais quelle autorité pourra dire que c’est suffisant ? Lepage et Mnouchkine avaient consulté des historiens amérindiens, qui leur avaient dit d’inclure des comédiens des Premières Nations dans Kanata. Mais combien ? S’ils avaient remplacé, disons, 10 acteurs sur les 34 de la troupe par des Indiens, qui pourra affirmer que c’est suffisant ? Quel pourcentage serait acceptable ? Et comment auraient-ils pu les intégrer à la troupe du Théâtre du Soleil, dont les membres travaillent ensemble depuis de nombreuses années ? La manière américaine de nous dépeindre comme des Blancs ou des Noirs pure race n’est qu’une caricature. Comme nous l’enseigne maintenant l’analyse génétique, la plupart d’entre nous sont plutôt des mélanges transculturels d’humanité. On dit qu’au Québec, tout le monde a « du sang indien »… Ce n’est pas mon cas : en tant que Tunisien de naissance – comme le furent mes parents et grands-parents –, ai-je le droit de parler des Africains ? Et le fait que je vive au Québec depuis 60 ans m’autorise-t-il à parler des Québécois ?

Lorsqu’elle est venue à Montréal, Mnouchkine a invité des artistes autochtones québécois à organiser un festival au Théâtre du Soleil tous les deux ans. Cela n’a pas semblé les satisfaire.

* * *

Par certains aspects, cette histoire peut paraître ridicule pour vous, parce que vous savez que le théâtre est un art de transformation, où l’on franchit les langues et les barrières sociales, un art où l’on évoque des réalités qui ne sont pas là, où l’on partage des expériences. Cependant, la question de voir de vrais Autochtones sur scène pour traiter des Autochtones est loin d’être simple. Le Conseil des Arts du Canada vient de créer de nouveaux programmes de subventions s’adressant spécialement aux artistes des Premières Nations, pour encourager des vocations parmi eux. Je dois préciser qu’AUCUN organisme subventionnaire au Québec ou au Canada n’a accepté de soutenir Kanata il y a 4 ans, à cause d’un manque de présence d’artistes des Premières Nations… Les artistes de ces communautés disent maintenant qu’ils ne veulent pas simplement être consultés : ils veulent être sur la scène, faire partie de l’ensemble du processus de création, et certains ont ajouté qu’ils veulent être « célébrés ». Ils disent que l’argent public ne devrait pas aller à des artistes qui volent leurs histoires.

Mais d’un autre côté, est-ce que cela ne revient pas à imposer une camisole de force aux artistes ? Est-ce que des artistes blancs doivent être punis parce qu’ils s’intéressent au destin d’esclaves noirs et qu’ils veulent dénoncer le racisme ? Et est-ce qu’il faudrait les empêcher de raconter l’histoire du Canada du point de vue des Autochtones ? Personne n’est seulement noir, ou blanc. Tout artiste est une construction complexe qui ne se limite pas à la couleur de sa peau. Comme l’a dit Mnouchkine, l’histoire de l’humanité appartient à tout le monde. Il ne peut pas y avoir d’« appropriation culturelle » parce que la culture n’est pas une propriété physique ou intellectuelle : elle n’appartient à aucun groupe particulier. Aucune culture n’est pure et exempte de l’influence d’autres cultures.

Les manifestants contre SLĀV et Kanata ont aussi affirmé qu’on ne devrait pas les tenir responsables de l’annulation des deux spectacles. Ce sont les producteurs qui les ont annulés par crainte des manifestations. Certains protestataires ont dit qu’ils n’étaient pas favorables à la censure, mais qu’ils voulaient saisir l’occasion de deux grands spectacles par des artistes puissants dans des théâtres très en vue pour crier qu’ils existaient !

Video 7

En tant que critique de théâtre, j’estime que les spectacles doivent être présentés même avec ce qui apparaît à certains comme des défauts ou des erreurs ; ensuite, chacun pourra les critiquer, en faire l’éloge ou dénoncer la perspective qui a été choisie. Malgré ce qu’affirment les opposants, je suis d’avis que toute manifestation qui résulterait dans l’annulation d’un spectacle serait une censure pure et simple et devrait être condamnée. On ne peut pas accepter la tyrannie des minorités au nom de la rectitude politique.

Note III : Colloque du 29e Congrès de l’AICT – Saint-Pétersbourg. Les arts du spectacle aujourd’hui : Liberté et (in)tolérance. 


*Michel Vaïs est Docteur en études théâtrales, secrétaire général de l’Association internationale des critiques de théâtre depuis 1998 et l’auteur de L’Écrivain scénique(Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1978), de L’accompagnateur. Parcours d’un critique de théâtre (Montréal, Varia, 2005), le directeur du Dictionnaire des artistes du théâtre québécois (Montréal, Québec Amériques, 2008) et le traducteur français de John Florio alias Shakespeare de Lamberto Tassinari (Bordeaux, Le Bord de l’Eau, 2016). Rédacteur émérite à la Revue de théâtre Jeu, il a exercé la critique dramatique dans les journaux, et à la Chaîne culturelle de Radio-Canada pendant 21 ans.

Print Friendly, PDF & Email
When Lepage and Mnouchkine Collide with Cultural Appropriation
Tagged on: