Savas Patsalidis*

Le nombre croissant de travaux académiques publiés depuis quelques années, ajouté à celui des spectacles qui voyagent, a contribué à amener les gens à modifier leurs points de vue et les préjugés qu’ils nourrissaient à l’égard du théâtre africain et de la culture de l’Afrique en général. Il y a cependant encore du chemin à faire pour mieux comprendre ce continent. Voilà pourquoi Critical Stages/Scènes critiques, fidèle à sa promesse de jeter des ponts entre les communautés séparées du monde entier, consacre le dossier du présent numéro à la dramaturgie et au théâtre africains.

Nous estimons que le théâtre (peu importe ce qui l’accompagne) est essentiellement enchâssé dans des processus, des institutions, des structures et des marchés qui se trouvent d’abord dans des territoires souverains. Le théâtre constitue avant tout un genre directement relié à l’appartenance à une réalité socioculturelle particulière, donc, à une communauté historique précise. Autrement dit, il porte en lui un fort sentiment d’« appartenance ». Car le théâtre tend d’abord son miroir en direction de l’entourage immédiat, avant de traverser les frontières nationales pour devenir une actualité inter-nationale.  Connaître le théâtre et la dramaturgie, c’est connaître le Soi national. Comme l’affirment les trois célèbres experts de l’Afrique, Don Rubin, Tejumola Olaniyan et Femi Osofisan, qui ont réuni ces articles : « Notre but n’est assurément pas de fournir ici ni le premier ni le dernier mot sur la dramaturgie et le théâtre africains. Il s’agit plutôt d’une modeste tentative d’explorer quelques unes des nombreuses zones de recherche qui ont été effectuées, qui sont en cours et qu’il reste à entreprendre dans cette région fascinante de notre monde. Si cela suscite davantage d’exploration, et stimule des auteurs et des chercheurs pour qu’ils trempent leur orteil dans le sujet, nous aurons atteint notre but. »

Outre notre dossier sur le théâtre africain, et pour la première fois, Critical Stages/Scènes critiques consacre sa rubrique des essais à un seul sujet, la pédagogie de Michael Tchekhov. Cela est arrivé lorsque Yana Meerzon m’a approché lors du Festival Shakespeare de Craiova (2016) pour envisager la possibilité de consacrer toute la chronique à Tchekhov. Au début, j’ai hésité, mais plus nous en parlions, plus j’aimais l’idée. Aussi quelques mois plus tard, j’ai donné le feu vert à Yana pour qu’elle en soit la responsable invitée, tâche  qu’elle a entreprise avec autant d’enthousiasme que de professionnalisme. Tous les articles publiés ici, sous la plume de collaborateurs bien au fait de la signification des points de vue de Tchekhov sur le jeu, constituent autant de contributions importantes à la pratique et à l’enseignement du théâtre sur le plan international.

En plus de ces dossiers spéciaux, CS #15 accueille un grand nombre d’articles (entretiens, comptes rendus de lecture et de spectacles) qui enrichissent et développent l’envergure et la diversité de notre revue. Pour la sélection de ces articles, je dois mes remerciements les plus vifs à mes collègues et amis Matti Linnavuori, Don Rubin et Ivan Medenica dont le dévouement et l’enthousiasme viennent à bout de toutes les difficultés.

Pour ce qui est de ce numéro, je souhaite la bienvenue, au nom du Comité éditorial de CS/SC, à une jeune et très dynamique universitaire et collaboratrice, Diana Martin Damian. Elle dirigera la rubrique « Critiques sur la critique », qui renvoie à une part essentielle des principes de notre revue. Sa présence garantira la vitalité de cette rubrique.

Je dois aussi des remerciements aux auteurs de ce numéro, dont la contribution a ouvert à Critical Stages/Scènes critiques des perspectives vers de nouveaux univers du théâtre. Tel que je le mentionnais dans mon éditorial du No 14, depuis le début, l’objectif du directeur de la publication Jeffrey Eric Jenkins, de l’administrateur Don Rubin et le mien en tant que rédacteur en chef, consistait à renforcer le rôle de Critical Stages/Scènes critiques en tant que forum engageant, provocant et accessible, ouvert à tout ce qui est nouveau, prometteur et bienveillant. Les essais réunis ici vont dans cette direction.

REMERCIEMENTS PARTICULIERS : Pour le parachèvement de ce numéro, tous les membres du Comité éditorial de Critical Stages/Scènes critiques et ceux du Comité exécutif de l’AICT doivent (encore une fois) exprimer leur gratitude au professeur Jeffrey Eric Jenkins, directeur de la revue et membre du Comex, ainsi qu’au département de théâtre de l’Université de l’Illinois à Urbana, pour leur précieux soutien financier. Leur générosité nous permet d’avancer, aussi leur sommes-nous vivement reconnaissants.


*Savas Patsalidis est professeur de théâtre ainsi que d’histoire et de théorie du spectacle à l’École d’anglais (Université Aristote), à l’Université ouverte hellénique et à l’Académie théâtrale du Théâtre National du Nord de la Grèce. Il est aussi régulièrement chargé d’enseignement au Programme des études supérieures du Département de théâtre (Université Aristote). Il est l’auteur de treize livres sur le théâtre et la critique et la théorie du spectacle, et co-auteur de treize autres. Son ouvrage en deux volumes Theatre, Society, Nation (2010) a reçu le prix du meilleur ouvrage théâtral de l’année. Outre ses activités académiques, il œuvre comme critique de théâtre pour les revues Web parallaxi, lavart et le projet greekplay. Président en exercice de l’Association hellénique des critiques de théâtre et des arts du spectacle, il est rédacteur en chef de Critical Stages/Scènes critiques, la revue de l’Association internationale des critiques de théâtre.

Print Friendly, PDF & Email