Patrice Pavis[1]

Pavis

Auteur: Botho Strauss. Dramaturgie: Rolf Schröder et Hans-Joachim Ruckhäberle. Mise en scène: Dieter Dorn. Scénographie et costumes: Jürgen Bosse. Théâtre: Residenztheater, Munich, 2009

Dans sa dernière pièce, créée au Residenztheater de Munich en mai 2009, Leichtes Spiel. Neun Personen einer Frau, Botho Strauss reste fidèle à son écriture. Il ose écrire « poétiquement », métaphoriquement, sans que le lecteur puisse facilement transposer les situations en une interprétation assurée. Le lecteur comme le metteur en scène ne devrait donc pas tenter de traduire cette série de symboles ou d’images en un discours lisible et rassurant. Grâce à cette légèreté et cette élégance du trait, Botho Strauss donne au metteur en scène et aux acteurs la possibilité de trouver des situations de jeu certes inspirées par le texte, mais aussi originales dans l’invention scénique.

Dans sa récente mise en scène, Dieter Dorn trouve les moyens de servir cette écriture en scènes autonomes, seulement reliées par la présence d’une femme, que l’on perçoit à chaque fois derrière un masque ou sous une facette différents. Il souligne ou établit une cohérence dans le fil thématique de l’âge, du vieillissement, de l’itinéraire d’une femme, la « spätes Mädchen », la vieille fille, qui, comme Strauss, contemple sa vie passée et son parcours depuis le « jardin d’Eden jusqu’à la pièce verte » (p.108), cette « green room » des acteurs juste avant l’entrée en scène. Du rouge au vert : de la passion éprouvée pour ces neuf femmes tout de rouge vêtues et qui réapparaissent avec un élément de costume rouge, à la préparation vers la scène. Tout finit en théâtre, nous dit la dernière femme : « ipse mihi theatrum » (p.107) et la vie est une suite d’entrées en scène, qu’il s’agisse des sept âges de l’homme selon Shakespeare, ou des huit tomes d’une œuvre que l’artiste en rouge, mélange de jeune fille et de vieux briscard de la scène, énumère une dernière fois ou bien encore des neuf femmes dont l’existence a filtré depuis le vert paradis jusque sur la scène du théâtre (p.108), et dont nous percevons l’essentiel.

Gina Henkel (as Katharina Minola), dans Leichtes Spiel. Neun Personen einer Frau, de Botho Strauss. Théâtre: Residenz Theatre Munchen, 2009 © Patrice Pavis
Gina Henkel (as Katharina Minola), dans Leichtes Spiel. Neun Personen einer Frau, de Botho Strauss. Théâtre: Residenz Theatre Munchen, 2009 © Patrice Pavis

Dieter Dorn, pas plus que Botho Strauss, n’affiche évidemment cette symbolique. Il donne à ses acteurs «ein leichtes Spiel », un jeu léger qui n’alourdit pas les différentes scènes par de grandes images esthétisantes et explicatives. Grâce à quelques éléments de dispositif scénique, et surtout en faisant jouer ses acteurs à la fois rapidement et avec une caractérisation précise, il propose autant d’esquisses de la pièce, il encourage le spectateur à patienter, à ne pas se précipiter vers une interprétation trop rapide et définitive. Sa mise en scène sert admirablement l’écriture de Strauss, en préservant l’énigme de la fable, en n’en donnant pas une lecture nécessairement simplifiée, mais en fournissant les repères nécessaires pour identifier et s’identifier à ces âges et ces potentialités de la vie que nous transmettent les neuf femmes. La scénographie et les costumes de Jürgen Bosse, en filigrane la dramaturgie impeccable de Rolf Schröder et Hans-Joachim Ruckhäberle confèrent à la pièce la même grâce juvénile, le même plaisir de jouer avec virtuosité mais sans prétention, et pour le spectateur patient la même intelligence inespérée des étapes de la vie et des visages de l’autre femme.


Pavis

[1] Patrice Pavis was professor of Theatre Studies at the University of Paris (1976-2007). He is currently professor in the department of Drama at the University of Kent at Canterbury. Educated in the Ecole normale supérieure de Saint-Cloud (1968-1972), where he studied German and French literature, he has published a Dictionary of theatre (translated in thirty languages), and books on Performance analysis,Contemporary French dramatists and Contemporary mise en scène. He is an Honorary Fellow at the University of London (Queen Mary), Doctor Honoris Causa from the University of Bratislava. His most recent publication is: La Mise en scène contemporaine, Armand Colin, 2007.

Print Friendly, PDF & Email
Le plaisir de jouer avec virtuosité: Leichtes Spiel. Neun Personen einer Frau